Michael PRAETORIUS

 

          Michael PRAETORIUS (1571 - 1621)

Né à Creuzburg (près d'Eisenach) le 15 février (?) 1571, mort à Wolfenbüttel le 15 février 1621.

Ses dates de naissance et de décès sont discutables.

Son père, également prénommé Michael, est originaire de Bunzlau (Bolesławiec) en Silésie. En 1534 au plus tard, il enseigne à l'école latine de Torgau (avec Johann Walter). Luthérien de stricte observance, il a perdu plusieurs fois sont travail. Il est à Creutzburg en 1569, et revient à Torgau en 1573.

Michael Pratorius (fils), suit sa scolarité à Torgau. Il reçoit un enseignement musical à l'école latine de Torgau, avec le maître de chapelle Michael Voigt qui succède à Johann Walter.

Il est immatriculé à l'Université de Frankfurt an der Oder,  en 1582, où son frère Andreas est professeur de théologie. En 1784 à l'école latine de Zerbst, hébergé par deux de ses sœurs, puis de nouveau à Frankfurt en 1585.

À Frankfurt, il est en relation avec Bartholomäus Gesius, et après la mort prématurée de son frère qui s'occupait de lui, Praetorius est nommé organiste de l'église St Marien de Frankfurt. Selon son propre témoignage, il occupe ce poste trois années, mais on ne sait rien de lui, jusqu'en 1592-1593, où il aurait résidé, à Wolfenbüttel.

Mais ce n'est pas avant 1595, qu'il est engagé comme organiste du duc Heinrich Julius de Brunswick-Wolfenbüttel.

En 1596, il participe avec les organistes les plus renommés à la consécration de l'orgue de la chapelle du château de Gröningen, construit par Heinrich Julius.

En 1602, il demeure à Regensburg « pour ses propres affaires », et comme membre de la délégation de Wolfenbüttel à la Diète. La même année, il est gratifié d'une augmentation substantielle.

Il est de nouveau à Regensburg en février 1603, au nom du duc, il est aussi signalé comme organiste, il s'y fait quelques amis, dont le pasteur Christoph Donaverus.  En septembre 1603, il se marie avec Anna Lakemacher. Ils auront deux fils.

En 1604, tout en conservant son poste d'organiste, il est nommé maître de chapelle, en remplacement de Thomas Mancinus.

Entre 1605 et 1609, période extrêmement productive, il séjourne à la cour de Moritz, landgrave de Hesse à Kassel.

Le 4 avril 1605, le duc et sa suite sont pris dans une embuscade au Nouveau-Brunswick. Praetorius s'y montre courageux aux yeux du duc, qui le récompense, par une terre et 2000 thalers en 1612.

Entre 1606 et 1612, il collabore avec le facteur d'orgues les plus célèbres de son époque, Ésaïe Compenius, qui est engagé par la cour de Wolfenbüttel à sa demande.

À la mort du duc, à Prague en 1613, l'électeur de Saxe, Johann Georg, demande à son successeur, Friedrich Ulrich, de laisser Praetorius passer une année de deuil à la cour électorale à Dresde, comme adjoint de Rogier Michael, le maître de chapelle vieillissant. Praetorius y reste deux ans et demi.

En 1614, il dirige la musique à la Diète de Naumburg. Il rencontre Schütz à Dresden, et découvre la musique italienne contemporaine. Bien que son service à Dresden doit prendre officiellement fin en 1616, il est encore à Dresden en 1617, pour organiser la musique des célébrations du centenaire de la réforme en présence de l'empereur.

Parallèlement, en 1614, il est rémunéré comme prieur au monastère de Ringelheim (près de Goslar), il est également, la même année, maître de chapelle de l'archevêché de Magdebourg. Il travaille à Halle aux Pâques de 1616, et crée la chapelle de la cour des comtes de Schwartburg a Sonderhausen en 1617. Il compose également des musiques de circonstance pour le Landgrave d’Hesse à Kassel.

En 1618, il travaille avec Schütz et Scheidt à la réorganisation de la cathédrale de Magdebourg. Il se rend à Leipzig, Nürnberg et Bayreuth, avec ses collègues en 1919.

Il délaisse ainsi sa charge de maître de chapelle à Wolfenbüttel, où il n'est plus appointé à partir de 1620.

Une partie de sa fortune contribue, après sa mort, à l'édification d'une fondation au profit des pauvres.